Le Wing Chun

Style de boxe chinoise relativement simple, ses six formes permettent l'intégration des principes du style comme la structure corporelle, la découverte graduelle de l'énergie et la relaxation physique et mentale.

Le Wing Chun est un style de boxe chinoise ( Kung Fu, Gung Fu ) relativement simple si on le compare à certains autres styles ou écoles. On y retrouve seulement six formes qui ont pour fonction principale de permettre l’intégration de certains principes du style comme; la structure corporelle, la découverte  graduelle de l’énergie et la relaxation physique et mentale permettant le progrès dans son usage.

L’exercice du « Chi Sao » (Mains collantes) qui, en passant, n’est pas un but en soi! …Est un des piliers de l’étude du Wing Chun. Comparable au « pousse-mains » du Tai-Chi, il permet d’intégrer les principes de base du style dans un contexte d’expérimentation avec un partenaire d’entrainement. C’est un peu une sorte de laboratoire qui sans être encore un combat, permet cependant le développement d’aptitudes face aux demandes de la défense et l’attaque.

Pas de secrets

Le Wing Chun ne comporte pas de techniques secrètes ou d’exercices infaillibles en vue de l’efficacité. Chaque pratiquant arrive avec ses points forts et ses points faibles qu’ils soient au niveau de la facilité physique ou au niveau de la compréhension du système. La qualité du travail personnel est le seul gage de succès dans le Wing Chun. Il faut éviter d’accumuler les « trucs »et se concentrer plutôt sur les principes de base de l’art. Il est parfois facile de « toucher  » un partenaire d’entraînement durant le Chi Sao mais, l’est-ce autant de pouvoir frapper avec efficacité et technique un vrai adversaire en situation réelle? …Ne pas pratiquer d’erreurs

Principes généraux

  • Faire face à l’adversaire.
  • La ligne droite est le chemin le plus court.
  • Attaque et défense simultanées.
  • Frapper sur la ligne centrale de l’adversaire.
  • Ne pas aller contre la force
  • Faire converger les triangles. (distance optimale) (points zéro)
  • Les coups de pied sont invisibles.

 

Loy lau hoy sung (Accueille ce qui vient-Accompagne ce qui s'en va)

Voilà bien le principe central du Wing Chun. Il est aussi le plus incompris ou du moins celui qui prend le plus de temps à être bien saisi. Au début, la plupart des gens comprennent qu’il faut se servir des mouvements de l’art pour bloquer les attaques et ensuite riposter. La tendance naturelle de « repousser » est très forte et il est très difficile de permettre l’engagement du triangle défensif avec le triangle offensif de l’adversaire. On bloque bien mais on se retrouve toujours trop loin pour permettre une contre-attaque valable.

Il faut donc apprendre à bien recevoir ce qui vient et le contrôler au lieu de simplement le bloquer ou pire repousser. Il faut que les triangles puissent converger sinon on se condamne à devoir simplement attendre la prochaine occasion ou à devoir se lancer aveuglement en avant pour finir le combat. Ce principe permet aussi de bien « suivre ce qui s’en va » car la distance est correcte au départ.

Tu Sau Jik Chung (Sans contact, frappe droit devant.)

Un principe qui semble plus simple à comprendre et facile à exécuter mais. Encore une fois, la tentation de faire la chasse aux mains est parfois plus forte que la simple logique de frapper directement. Le Wing Chun, dans son entraînement (Chi Sao et autres exercices) à souvent le résultat de transformer le pratiquant en machine à « coller » et de lui faire oublier le but premier de tout art de combat: l’efficacité! …Ce principe permet aussi de retrouver la relative sécurité fournie par l’entraînement au Chi Sao quand le contact est rompu et qu’il pourrait s’avérer périlleux de devoir affronter une attaque venue de loin  et lancée par un adversaire ayant retrouvé une certaine initiative dans le combat.Sans contact, frapper droit devant et même si ce coup est bloqué, il aura au moins l’avantage de vous remettre dans un territoire connu.

Dim Dim Tsiu Ng (Tous les points pointent vers le centre)

En Chi Sao comme en combat réel, l’intention de chaque mouvement, offensif ou défensif doit tendre vers le centre de la masse de l’ennemi. C’est souvent le seul moyen d’atteindre une cible et la personne qui applique ce principe est généralement très difficile à toucher. C’est aussi le principe de base du « stick » en Chi Sau. *Exercice des mains collantes ».

Kuen Choong Sum Fatt (Le coup de poing origine du cœur.)

Ce proverbe est souvent interprété comme si le coup de poing « Kuen » devait toujours partir d’un certain endroit physique près du plexus solaire et ensuite suivre la ligne centrale, ce qui lui confère un aspect à la fois offensif et défensif. Ceci est bien mais l’enseignement de ce proverbe va beaucoup plus loin.

En réalité, il signifie que le coup de poing part de l’intention « yi »/cœur/ du pratiquant. Il doit donc, selon ce principe être considéré à la lumière des arts martiaux  » internes  » et ne peut donc être appuyé sur la seule force physique.

De là l’extrême importance de la pratique appropriée de Siu Lim Tao qui est le fil conducteur du système.

Yan Han Kung Ngor Han Yin ( D'autres marchent sur l'arc, je marche sur la corde)

Ce proverbe très important et trop souvent incompris dénote l’aspect interne du Wing Chun. L’arc représente la tension physique et la corde représente l’intention qui tend l’arc. En « marchant sur la corde », on porte son attention sur ce qui produit le geste plutôt que sur la tension du corps.  Le corps produit alors la force nécessaire de façon naturelle et quasi inconsciente. Le coeur n’a pas besoin de la conscience pour battre pas plus que le système digestif n’en a besoin pour métaboliser la nourriture.

  • Un système de self-défense.
  • Le travail de coordination qui s’applique à tout le corps.
  • La confiance en soi.
  • Amélioration de la force et l’endurance.
  • La relaxation dans le mouvement.
  • La clarté mentale.
  • La prise de conscience de l’énergie interne.
  • Le plaisir d’apprendre un système unique de Kung Fu.

 

Self-Defense

« Je suis une personne équilibrée et normale et je n’ai pas l’intention de me battre un jour »… C’est très vrai mais… On ne sait jamais! Le Wing Chun ne vous enseignera pas de trucs de self-défense. Il vous préparera cependant au cas où ce serait nécessaire de sa façon particulière. En Wing Chun, il n’est pas demandé de prévoir toutes les situations possibles. Le Wing Chun ne s’adresse pas a la mémoire ou aux réflexes conditionnés mais forme la capacité de répondre de façon instinctive et quasi-simultanée a une attaque, par des techniques et mouvements simples et rationnels. La capacité de se défendre grandira avec la pratique lors d’exercices simples, un peu comme un sous-produit. C’est un processus assez particulier au Wing Chun.



Note importante sur la self-défense

: 

La self-défense ne doit pas être considérée comme un jeu où comme dans les films, le « héros » peut affronter un nombre impressionnant d’adversaires avec succès et le sourire! …Si on est pris dans une confrontation et qu’on est malheureusement obligé à se défendre, il faut riposter le plus décisivement et durement possible et quitter les lieux immédiatement. Combien de gens on peut-être payé même de leur vie l’erreur d’être resté sur place après une « victoire » sur un voyou, de retour avec une arme ou une bande d’amis! …Ne vous prenez jamais pour Bruce Lee ou Jackie Chan… et adoptez un comportement sécuritaire.

Une activité bénéfique?

Le Wing Chun peut combler bien des besoins et susciter un grand intérêt par ses particularités uniques. On y trouve un exercice modéré qui peut convenir à tous. On peut en commencer la pratique a tous âges et améliorer sa condition en douceur sans problèmes. L’étude des formes est excellente et contribue ¸à améliorer l’équilibre et la force (On pourrait dire plus justement « L’usage intelligent de la force »)la relaxation et bien d’autres choses. Le Chi Sao, formera ou améliorera réactions et réflexes, facilitera la concentration et demeure une façon amusante de s’entraîner. Les pratiquants passionnés du Wing Chun ne pensent, en fait, que très rarement à la self-défense! Ils sont bien trop occupés par l’art du Wing Chun.

Structure, lignes et force

L’étude du Wing Chun vous permettra de faire certaines découvertes concernant la structure corporelle. Cette structure, développée avec patience dans Siu lim Tao, (la première forme) permet d’absorber et de dévier les attaques adverses avec aise et maîtrise. On y développe une agréable sensation de « contact au sol » (rooting, enracinement…), faute d’une meilleure expression! …La personne « ordinaire » apprend alors à utiliser la force physique qu’elle possède avec une grande efficacité et sans lutter contre la force adverse, ce qui est un des points importants de la pratique. La pratique intelligente du Chi sao, (Mains collantes)formera la découverte des lignes d’attaques possible et ouvrira des grandes possibilités de ripostes. 
La force de frappe sera développée à la fois par l’étude des formes et par des exercices spécifiques. Il serait inutile en fait, de savoir parer et éviter une attaque sans posséder de sérieuses munitions en réserves! …Le Wing Chun permet d’obtenir cette force de frappe de façon technique et précise, sans avoir à recourir à la force brute. Tout est question de détente, d’alignement dans le mouvement et d’unité dans la structure corporelle.

Pourquoi pratiquer les formes?…

Les formes contiennent beaucoup plus que les techniques du système. En fait, elles l’englobent et le constituent. Elles, en plus de « former » la structure corporelle, décrivent la stratégie et l’essence même du Wing Chun. On y retrouve aussi un réel « Chi Kung » parfaitement approprié à l’art.

Pourquoi les variantes dans les formes de lignées différentes?…

Ce ne sont que des façons d’illustrer les principes du Wing Chun. Un Sifu peut choisir de modifier légèrement une forme pour ses besoins pédagogiques, tout en demeurant parfaitement centré sur les principes vitaux du système. Même Yip Man a souvent effectué des changements quand il en voyait la nécessité. Tout étudiant avancé de Wing Chun est à même de reconnaître la vérité dans les formes malgré des différences mineures si ces changements ne transforment pas le système en quelque chose d’autre. Il est important, en cette ère de communications, de se mettre au-dessus des querelles de familles et des dangers de l’idolâtrie au sujet des maîtres de Wing Chun qui sont connus dans le monde.

Siu Lim Tao

Siu Lim Tao, est la première forme du système et son apprentissage correspond au tout début de l’étude du Wing  Chun. Ces propos peuvent cependant être trompeurs car on peut et on doit toujours pratiquer cette forme pour progresser, et cela même si on se considère « avancé »

Siu Lim Tao n’est pas un « kata » de combat comme on en retrouve dans le Karate par exemple ou dans divers autre styles de Kung Fu.C’est plutôt un exercice qui a pour but la prise de conscience de l’énergie et de la force particulière du Wing Chun.

On doit absolument éviter toute tension inutile durant la pratique de Siu Lim Tao, sinon, l’exercice deviendrait inutile. Tout doit être fait de manière détendue et patiente, sans émotions. On s’efforce de demeurer conscient et de veiller à la précision et à la rectitude des mouvements.

Siu Lim Tao veut dire; « la petite idée ». Cette expression ne signifie pas qu’elle donne une petite idée du Wing Chun! On doit plutôt y voir une allusion sur l’état d’esprit a avoir et conserver durant sa pratique. Il faut s’exercer à être présent et éviter de penser a autre chose qu’au geste du moment. On pourrait comparer ceci a une forme de méditation. Plus tard, ce qui aura été formé dans Siu Lim Tao, sera pratiqué en déplacements dans la deuxième forme; Chum Kiu.

Chum Kiu

Chum kiu : « Chercher le pont » ou : « Enraciner le pont », est la deuxième forme du système. Quelques nouvelles techniques y sont étudiées mais l’emphase est mise sur les déplacements, les mouvements tournants, la distance plus rapprochée et certains coups de pied. On y développe aussi l’unité corporelle dans le mouvement. Ce qui était étudié de façon statique ou, sur place, devient mobile et par conséquent encore plus puissant, grâce à l’usage complet du corps

Biu Gee

Biu Gee : « Frapper des doigts », est la troisième forme du système. Cet exercice pousse encore plus loin le développement de l’unité corporelle et enseigne plusieurs techniques « d’urgence » et de recouvrement de la ligne soit d’attaque ou de défense. La plupart des mouvements de cette forme peuvent être utiles a une distance de combat très rapprochée ou même en corps à corps

Mook Yan Jong

Mook Yan Jong: « L’homme de bois », exerce une fascination certaine sur tous les élèves de Wing Chun et même sur le profane. Cet appareil, très traditionnel constitue un des symboles les plus connus du système. Certains le confondent avec le poteau de frappe du Karate mais en fait, il a un tout autre usage. La pratique de la forme qui lui est dévolue contient des éléments qu’on peut retrouver dans les trois autres. On y perfectionne les déplacements et l’alignement face à un adversaire très fort. On peut aussi pratiquer maints exercices sur l’appareil car, il peut faire usage de partenaire de pratique quand personne n’est disponible.

Luk Dim Bune Gwan (Baton long) et Bat Jaam Do (Couteaux papillon)

Luk Dim Bune Gwan… (le bâton long) et Bat Jaam Do…(Les couteaux papillon),sont étudiés généralement à un niveau assez avancé. En plus, de leur éventuelle utilité en tant que principes d’armes courtes et longues, ces armes aident aussi au niveau des déplacements et de la structure corporelle On y retrouve aussi certains principes qu’on peut appliquer a la pratique générale du Wing Chun

Un exercice essentiel en Wing Chun

Les exercices de base du Chi-Sao ne sont pas un combat, mais ils sont utiles pour former certains attribut du Wing Chun,
qui sont très utiles advenant un combat réel en situation de self-défense.

On apprend, en pratiquant ces exercices la bonne manière d’utiliser l’énergie face à une attaque. On apprend aussi à se défaire
graduellement des tensions inutiles qui sont si néfastes et qui bloquent les réactions naturelles.

On n’apprend pas de « trucs » en Chi-Sao et en Wing Chun. On apprend plutôt à lâcher prise et à découvrir et utiliser le potentiel que l’on 
possède déjà.

La pratique évolue alors naturellement vers des échanges d’attaques et de défenses qui ne peuvent comporter quoi que ce soit de déterminé 
à l’avance.

gilbert_sifu_chisao

Quelle est la différence entre le Wing Chun et le Kung Fu?

Le wing chun est en fait un, parmi les centaines de styles de Kung Fu. Il est originaire du sud de la Chine.

Qui peut pratiquer le Wing Chun?

Le Wing Chun devrait pouvoir être pratiqué par tous, peut importe les questions d’âge ou de condition physique. Il est très sécuritaire quand il est étudié avec un Si-Fu consciencieux. Il est quand même recommandé de s’assurer qu’il n’y a pas de problèmes de santé majeurs avant de commencer.

Le Wing Chun est-t-il efficace en self-défense?

Comme dans tous les arts martiaux, on récolte seulement ce qu’on sème! …Tout dépend du sérieux de la pratique, de la compréhension du système et de plusieurs facteurs reliés au hasard des situations. On peut cependant affirmer que le Wing Chun a souvent prouvé son efficacité.

Le wing Chun est-t-il un style interne ou externe?

Même si le Wing Chun est souvent pratiqué comme un art externe, la base même de son enseignement est résolument interne de par sa première forme : Siu Lim Tao. Nous le pratiquons donc comme tel dans notre club.

Le Wing Chun contient-t-il des coups de pieds?

Le Wing Chun possède une bonne variété de techniques de jambes, autant défensives qu’offensives mais, il ne faut pas s’attendre à des coups de pied de « haute voltige » comme on peut en voir dans certains arts martiaux. Une des caractéristiques du Wing Chun est et reste l’économie de mouvements et le geste rationnel. La priorité demeure les techniques de mains. Les pieds assistent les mains. Pas l’inverse.

Le Wing Chun est-t-il long a apprendre?

Cela peut varier selon les Si-fu, mais, en général on peut apprendre la totalité du style dans un temps relativement court. Apprendre est une chose mais maîtriser en est une autre! …Il faut donc s’attendre à devoir pratiquer de longues années.

Peut-on apprendre le Wing Chun avec des vidéo ou DVD?

Il est évident que, même si certains vidéos peuvent contenir de très bonnes informations; ils ne pourraient remplacer le contact « mains à mains » et l’attention aux détails d’un Sifu qui se dévoue à son enseignement.

Maximes du Wing Chun

Recevez ce qui vient vers vous, accompagnez ce qui s’éloigne. Lancez vous à l’attaque dès que vous perdez le contact manuel

Ne soyez pas relâché quand votre adversaire n’avance pas.

Quand votre adversaire bouge, son centre de gravité change.

Faites le premier mouvement pour avoir le contrôle. Attaquez selon le timing.

Le sens du timing se développe à travers la pratique.

Une attitude et une posture fortes donnent un avantage sur votre adversaire.

Rester en alerte et être capable de s’adapter à la situation permet des résultats maximaux pour un effort minimal.

Le corps suit le mouvement des mains. La taille et la position bougent ensemble.

Complétez les mains avec la posture pour faire bon usage de votre axe.

Les yeux et l’esprit voyagent ensemble, en se fixant sur l’angle d’attaque.

Précipitez vous sur l’adversaire. Exécutez trois mouvements ensemble.

Frappez toute posture à portée qui se présente. Sinon, frappez où vous voyez du mouvement. Prenez garde aux attaques furtives, en fuite ou dont l’axe est invisible.

Une force douce et détendue mettra votre adversaire en danger.

 Coordonnez les mains et les pieds. Le mouvement est un ensemble.

 Ne prenez pas de risques et vous atteindrez toujours la cible.

 Ayez confiance, et votre calme dominera la situation.

 Occupez la porte intérieure pour frappez profondément dans la défense.

 Gagner en un instant est l’exploit suprême.

 Le principe du Yin et du Yang devrait être parfaitement compris.

 La théorie du Wing Chun n’a pas de limite dans ses applications.

 Soyez humble pour solliciter les conseils de votre professeur.

 Comprenez les principes pour votre entraînement.

 Au plus haut niveau de compétence, l’application des techniques varie selon l’adversaire.

Proverbes d'entrainement

Il n’y a pas beaucoup de formes en Wing Chun. Elles sont simples à apprendre, mais les maîtriser nécessite de la détermination.

Apprendre les méthodes habituelles permettra des variantes plus tard

Une bonne garde et des déplacements rapides nécessitent de pratiquer d’abord la position

Le Tao Siu Lim (Siu Lim Tao) renforce principalement la force interne

Lan Sau dans le Tao Chum Kiu, est une technique vigoureuse

Le Tao Biu Jee contient des techniques de survie en situation d’urgence

Le mannequin en bois (Mook Yan Jong) développe l’usage de la force

Les techniques fantaisistes ne devraient pas être utilisées dans la pratique des mains collantes

Les déplacements suivent les changements de direction du corps comme un chat

La posture complète les mains pour éjecter l’opposant

Le bâton de six points et demi ( Luk Dim Bune Gwan) ne fait pas plus d’un son

Les techniques de l’épée aux huit entailles (Bat Jaam Do) sont sans égal

Les attaques rapides et pénétrantes conviennent bien pour se rapprocher

Un regard rayonnant de courage peut neutraliser la situation

Les techniques inconnues ne conviennent par pour l’entraînement

Ceux qui maîtrisent complètement le système sont peu nombreux

Visit Us On Facebook